En France, la classification de déchets radioactifs se compose 4 grandes familles :

- Les déchets de Haute Activité et à Vie Longue (HAVL), issus du cœur des réacteurs nucléaires, et restant radioactifs, après utilisation, sur une durée pouvant atteindre plusieurs millions d’années.

- Les déchets de Faible et Moyenne Activité à Vie Courte (FAMVC), issus des matériels de protection essentiellement, et pouvant rester radioactif jusqu’à 300 ans après leur utilisation.

- Les déchets de Très Faible Activité (TFA), provenant des gravats et de la ferraille résiduelle des démantèlements de centrales. Leurs radiations sont peu importantes, mais la quantité de ce type de déchets est extrêmement importante.

- Les déchets de Faible Activité à Vie Longue (FAVL), issus de l’industrie du radium et de ses dérivés. Ces derniers ont une durée de vie longue et sont émetteurs de radon, par conséquent leur stockage implique des conditions particulières, au niveau de la ventilation en particulier.


Le problème de ces déchets est leur stockage, car une fois les déchets retraités, leur quantité de base est multipliée par 6 ou 7, la vitrification étant responsable majoritairement de cette augmentation de quantité. Les terrains propices à l’enfouissement sont rares, surtout en ces temps d’urbanisation. De plus, les normes exigent une profondeur qui nécessite des frais extrêmement élevés.

Une autre solution a été d’emballer les déchets radioactifs dans des containers en plomb, matériaux imperméable aux rayons Gamma, et de rejeter ces containers dans les mers les moins fréquentées du globe. Malheureusement, le sel réagissant avec le plomb, l’étanchéité de ces containers est sérieusement mise en doute, au-delà de 50 ans.

Lorsqu’un container n’est plus étanche, il répand son contenu autour de lui, que ce soit dans la mer ou dans l’air, et les risques sont alors les mêmes, à une échelle tout de même moindre que dans le cas d’une explosion de réacteur nucléaire.

Il y a une dernière possibilité: l'envoi des déchets radioactifs dans l'espace


Pour voir le traitement des déchets plus en détail cliquez ici



D’après cette notification des risques et désagréments liés à l’utilisation de l’énergie nucléaire comme source de production énergétique, nous pouvons considérer cette énergie comme nocive, et limitée en durée dans son utilisation, la quantité de métaux radioactifs s’amenuisant progressivement sur Terre.

Nous pouvons alors nous poser la question suivante : pourquoi continue-t-on d’utiliser cette source d’énergie, compte-tenu des risques liés au retraitement des déchets qui en résultent ? La réponse est simple et tient en un seul mot : économie. En effet, la production d’électricité de la France est à 78% d’origine nucléaire, et le budget requis pour produire l’équivalent énergétique avec des énergies renouvelables est tel qu’aucun état au monde ne peut actuellement se le permettre financièrement.
Comment traiter les dechets radioactives ?
Retour à la page TPE
Retour à la page TPE