Guerre Nucleaire
La formation du champignon atomique
Durant la guerre froide, la possibilité d'un conflit nucléaire était prise trés au sérieux et les forces armées se préparaient à cette éventualité comme le montre ces Marines devant le champignon provoqué par un essai nucléaire
Historique
Imaginée dans la science-fiction des années 1910, l'utilisation de l'atome à des fins militaires a fait une entrée fracassante dans la réalité historique avec les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945.

La destruction de ces cités par une seule arme, contre les milliers de tonnes de bombes conventionnelles nécessaire auparavant lors de bombardements stratégiques, puis les syndromes d'irradiation aiguë dus aux radiations ont marqué les esprits.

L'invention de la bombe H dans les années 1950 avec une capacité de destruction pouvant dévaster des régions entières sur le coup et empoisonner l'environnement à terme, a fait que la guerre froide avait la capacité de détruire une grande partie de la civilisation si elle s'était transformée en conflit ouvert.

Nous avons risqué à plusieurs dizaines de reprises une telle guerre dont quatorze fois un conflit entre les États-Unis et l'Union Soviétique suite à des fausses alertes, des erreurs humaines ou informatiques entre 1956 et 1962, dont onze incidents durant la phase la plus critique de la crise des missiles de Cuba.

Durant la guerre du Kippour, des rumeurs non confirmés indique qu'Israël était prés à faire usage de l'arme nucléaire alors que la situation sur le front du Golan était critique.

Suite à des attentats en Inde, la confrontation conventionnelle et nucléaire atteint son paroxysme en mai-juin 2002 entre cette puissance et le Pakistan. Il s'agit alors de la plus grande menace de guerre nucléaire depuis la crise de Cuba en 1962.

Actuellement, la prolifération nucléaire, tant au niveau des puissances nucléaires, des pays cherchant à produire ou à acquérir l'arme, que des organisations terroristes qui cherce à se procurer des bombes sales, est un phénomène généralisé accroissant le risque de guerre nucléaire comme d'accident nucléaire.
La théorisation de stratégies d'utilisation ou de non-utilisation de l'arme nucléaire occupe une part importante des cercles d'études des grandes puissances.

En raison de la multiplication des acteurs et des vecteurs pouvant mettre en jeu ce que certains appellent l'arme ultime, y comprit les groupes non-étatiques pouvant provoquer un terrorisme nucléaire, celles-ci sont extrêmement diverses allant, entre autres, d'une riposte totale pour toute agression (Doctrine Dulles) à des attaques graduées (Doctrine MacNamara) ou à une politique du "faible au fort" pour la France.
Stratégie
Fonctionnement
Nucleaire Civile
Nucleaire Militaire
Risques et Nucleaire
MENU